Le Marais poitevin, la Venise verte

"A la découverte du Marais poitevin"

Le Marais poitevin est le plus grand des marais de l'Ouest de la France. Par sa superficie, il est également la deuxième zone humide de France après la Camargue.  Sa notoriété nationale et internationale est réelle. Ses paysages très diversifiés et pittoresques en font une destination touristique majeure (650 000 visiteurs par an). L'ensemble que constituent le Marais poitevin et la baie de l'Aiguillon (relique d'un ancien golfe marin) s'étend sur environ 100 000 hectares, à cheval sur trois départements (Vendée, Deux-Sèvres et Charente maritime) et deux régions: Pays de la Loire et Poitou-Charente).

Particularités du Marais poitevin

L'espace abandonné par l'océan au fil du temps s'est peu à peu comblé de sédiments, formant une grande étendue plane, dont l'altitude de 0 et 8 mètres (la moitié du marais se situant à moins de deux mètres) est à un niveau intermédiaire entre celui des marées hautes et des marées basses. Les marais desséchés couvrent une superficie d'environ 47 000 hectares. Les marais mouillés (dont la partie la plus orientale est qualifiée de Venise Verte) couvrent pour leur part une superficie d'environ 29 000 hectares, tandis que des marais qualifiés d'intermédiaires (ce qui signifie qu'ils sont imparfaitement desséchés) représentent environ 19 000 hectares. Le 20 mai 2010, les marais mouillés de la Venise Verte obtiennent le Label "Grand site de France".

L'assèchement du marais étant artificiel, son maintien en état demande un entretien permanent : les fossés doivent être curés pour ne pas s'envaser, les berges doivent être consolidées pour ne pas s'effondrer. On trouve donc différents arbres plantés spécialement dans ce but.

Les arbres du Marais

- Les peupliers sont très présents dans les marais mouillés, dont ils structurent les paysages. Le blanc du Poitou (nom local ou espèce endémique), donnant un bois très recherché, est de moins en moins exploité aujourd'hui, d'autres espèces arrivant à maturité plus rapidement.

- Les frênes sont taillés en têtards, c'est-à-dire qu'en l'émondant régulièrement, on ne laisse pas le tronc pousser au-dessus d'un mètre cinquante ou deux mètres. L'arbre est donc trapu, et développe un réseau de racines important qui maintient les berges. La taille des "têtards" permet de connaître l'utilisation originelle de chaque parcelle : une parcelle bordée d'arbres taillés à moins d'un mètre cinquante était vraisemblablement vouée au maraîchage, tandis que des arbres plus hauts indiquent une prairie d'élevage. On trouve également des saules (dont quelques arbres de la variété des pleureurs) en bordure des cours d'eau, dont certains produisent de l'osier, traditionnellement cultivés par les maraîchins.

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Marais Poitevin à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

 

La faune du Marais

Le marais abritait autrefois de nombreuses anguilles, faisant l'objet d'une pêche traditionnelle au moyen d'engins spécifiques : nasses, bourgnes, etc. L'espèce est aujourd'hui très menacée du fait de la surpêche des civelles (ou pibales, noms donnés aux alevins d'anguilles) dans les estuaires, à leur arrivée de leur lieu de naissance (la Mer des Sargasses). En effet ces petits poissons sont très recherchés et les cours de vente atteignent des sommes énormes, ce qui encourage le braconnage.

Les ragondins, une espèce introduite, sans prédateur et très prolifique, sont un problème majeur en raison des ravages qu'ils causent aux berges. Ces animaux peuvent être des vecteurs de la leptospirose, facteur d'avortement chez les bovins. Ils ont fait l'objet de campagnes d'empoisonnement catastrophiques pour toute la chaîne alimentaire. Cette pratique est désormais interdite et depuis peu remplacée par le piégeage, méthode plus sélective. On trouve aussi des loutres, des hérons, pluviers ou autres échassiers. D'autres espèces exotiques ayant un caractère envahissant posent des problèmes : des jussies (Ludwigia sp.), le myriophylle du Brésil (Myriophyllum aquaticum), l'écrevisse Américaine (Orconectes limosus).

Le ragondin est considéré comme nuisible. Il a été introduit au XIXesiècle pour sa fourrure, importé d’Amérique du Sud. Le ragondin - ou castor des marais - crée des galeries dans les berges qui les fragilisent, et évacue la terre de ces galeries dans le marais, gênant le bon fonctionnement du système hydraulique, favorisant les inondations en cas de crues... Il peut manger jusqu'à 25 % de son poids, ruinant les cultures locales, et prolifèrent très rapidement (2 à 3 portées par an, de 5 à 7 petits en moyenne). Sans compter les risques sanitaires, le risque de leptospirose. Des chasses aux ragondins sont organisées dans le marais poitevin, mais la plupart du temps, il s'agit de piégeage sélectif pour contrôler sa prolifération.

La Venise verte 

Le Marais Poitevin est né du mariage de la terre et de l’eau, du travail forcené des hommes. Sa Venise Verte est une véritable cathédrale de verdure avec son lacis de chemins d’eau recouverts l’été d’un grand tapis de lentilles vertes et peuplés d’une riche flore et faune sauvages. Son histoire est (ra)contée par les bateliers des embarcadères poussant avec la pigouille (longue perche) la plate (barque traditionnelle) au travers d’un rideau de frênes têtards et de peupliers et le long des cabanes, ces fermes à fleur d’eau ou accrochées à flanc de coteau. La balade se poursuit à pied, à vélo ou à cheval sur les chemins de terre. La Maison du Marais Poitevin de Coulon et le Parc ornithologique de Saint-Hilaire-la-Palud, paradis des oiseaux évoluant au cœur du marais sauvage, sont deux sites utiles à découvrir pour enrichir ses connaissances sur ce monument naturel.

L’action pour la mise en valeur éco-touristique du marais mouillé est saluée par la remise en 2010 par le ministère de l’Ecologie du label Grand Site de France au Parc Interrégional du Marais Poitevin qui rejoint ainsi d’autres sites de prestige (le Pont du Gard, la Montagne Sainte-Victoire, le Puy-de-Dôme…). La même année, il est aussi reconnu Destination européenne d’exception dans le cadre du concours EDEN piloté par la commission européenne.

Le parc ornithologique de Saint Hilaire la Palud

Sur 7 hectares de marais sauvage, 70 espèces d'oiseaux évoluent le long des canaux et des plans d'eau typiques de cette partie du Marais Poitevin. Environ 300 spécimens vivent et se reproduisent sur le site. Lieu de découverte et de savoir, le parc est tout autant un but de promenade et de détente. Ce luxuriant espace vous invite à faire connaissance avec les oiseaux les plus typiques du marais poitevin au gré d'une promenade à la fois didactique et reposante. Du matériel de découverte et des jeux pédagogiques, mis à la disposition des visiteurs, initient petits et grands à l'apprentissage de l'ornithologie.

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire la Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Parc ornithologique de Saint Hilaire La Palud - Deux-Sèvres - Octobre 2013

La ville de Niort: préfecture des Deux-Sèvres

Niort est une commune du centre-ouest de la France, chef-lieu du département des Deux-Sèvres (région Poitou-Charentes). Commune la plus peuplée du département, c'est aussi la troisième commune de la région par le nombre d'habitants, et sa quatrième agglomération. Niort est le siège de la communauté d'agglomération de Niort, regroupant 105 700 habitants (2008). Son aire urbaine regroupe 77 communes et 151 254 habitants (délimitation et chiffres de population de 2010). Son économie repose essentiellement sur le secteur tertiaire (assurances, banques, assistance, consulting informatique et financier, vente par correspondance…). La ville est célèbre pour accueillir notamment le siège des principales mutuelles d'assurance françaises, et est considérée comme la capitale de l'économie sociale française.

Selon la Banque de France, ces différentes activités font de Niort la quatrième place financière française, en termes d'échanges de flux financiers, derrière Paris, Lyon et Lille. Niort se situe au septième rang sur 50 (aires urbaines équivalentes) en ce qui concerne les emplois supérieurs. Niort est également un centre commercial et logistique important à la croisée des autoroutes A10 et A83.

Le Donjon - Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Eglise Saint André - Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Eglise Saint André - Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Hôtel de ville de Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Vitrail à l'église Saint André de Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Eglise Saint André à Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Architecture religieuse à Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Vitrail à l'église Saint André de Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Le Donjon - Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Vitrail dans une église à Niort - Deux-Sèvres - Octobre 2013

Philippe à Maillezais - Vendée - Octobre 2013

Photographies et légendes: Philippe DEUSCHER

"Toutes les photographies sont la propriété exclusive de leur auteur. Toute utilisation est subordonnée à l'autorisation du photographe". D'avance merci à vous. Les légendes ainsi que tous les clichés présents sur cette page ont été réalisés par mes soins.

 Agréable visite...